Flash-fiction

#46 Flash-fiction : cette collègue toxique qui me fait vivre un enfer. Le cas de Cyril…

Merci à MART PRODUCTION (Pexels) pour la photo d’illustration

Si tu savais comme j’en ai marre, je suis à bout. Jean-Paul Sartre a dit “Lenfer, c’est les autres”, mon enfer à moi se nomme Monika.

Bienvenue dans le monde formidable du travail !

Monika ou « la Monika » (c’est comme ça que je la surnomme), c’est ma collègue de l’enfer. Une personne faussement perfectionniste, qui veut absolument tout contrôler. Elle me met une pression de dingue, par ses exigences souvent incohérentes. La communication ne fait pas partie de ses compétences. Le seul art dans lequel elle excelle, c’est la critique bête et méchante. Par exemple, elle m’adresse la parole que pour me faire des reproches, en tentant de me rabaisser…surtout lorsqu’il y a d’autres collègues dans les parages. Sur le moment, je me sens neuneu, je perds tous mes moyens et il m’arrive d’accumuler les petites erreurs. La Monika connaît mon point faible, elle sait que je suis une personne sensible et que je prends les remarques personnellement.

Alors, impossible pour moi, de me dépêtrer de ce cercle vicieux qui commence à saper ma santé morale et mon énergie.

Mon travail, mon amour.

J’aime mon travail, beaucoup trop selon ma chère et tendre. Elle n’a pas vraiment tort. Le poste que j’occupe m’intéresse beaucoup, car j’ai plus de responsabilités que dans mes expériences antérieures. Cependant, il y a cette situation qui n’arrange pas les choses.

Malgré des débuts un peu tendus, liés à une surcharge de travail, j’ai su trouver un bon rythme pour être efficace. Je recevais parfois des compliments pour la qualité de mon travail, cela a fini par agacer la Monika.
Elle a commencé à me reprocher mes soi-disant “retards” (ce n’est pourtant pas un comble d’arriver à 9h03 au lieu de 9h pile) et de légers oublis dans l’exécution de certaines tâches.
Elle mettait un point d’honneur à mettre en place de petites règles qui ne faisaient que nuire à ma capacité à faire mon travail efficacement…

Le jour où tout a vraiment basculé.

Un matin, j’ai croisé Patrick, notre DAF, à la machine à café. C’est un homme très pris par son travail, mais qui est toujours d’humeur joviale. Ce matin-là, il devait être plus jovial que d’habitude, car il m’a montré une photo de son chat en train de lécher la tasse du café. Un collector !! On a eu un fou rire et La Monika, qui passait par là, a lancé un regard noir comme pour me montrer son désaccord.

Depuis ce jour, elle est devenue parano, persuadée que je vais obtenir une promotion.

Petit à petit, elle a monté les autres collègues contre moi et a mené une véritable campagne de dénigrement contre moi.

Du coup, on vient de moins en moins me parler. Le midi, lorsque nous mangeons ensemble et que j’essaie d’entamer la conversation avec des sujets autres que le travail, ça n’a pas vraiment l’air de les intéresser, au point que lorsque je parle « un ange passe ».

Le pire, c’est lorsque j’ai découvert que la Monika était même soutenue par Sabrina, notre N+1, au point où, lors de certaines réunions, j’étais leur sujet de conversation préféré, j’étais devenu LE problème. Je n’ai pas compris comment Sabrina a pu se laisser manipuler de la sorte.

Franchement, tous ces gens sont à jeter avec l’eau du bain. Ce sont de vrais bâ****.

As-tu essayé d’en parler avec elle, me demanderas-tu ?

Bien sûr que oui ! J’ai pris mon courage à deux mains et je suis parti lui parler directement. Je lui ai entre autres demandé d’arrêter de critiquer mon travail surtout devant les autres. Je lui ai fait comprendre que si elle avait un problème avec moi, qu’on devrait en parler au Service RH pour trouver des solutions adéquates. Sur le moment, ça l’a calmée. Elle s’est montrée plus mielleuse et beaucoup moins acerbe dans ses critiques.


À ton avis, pendant combien de temps, cette accalmie va-t-elle durer ?


Le harcèlement moral au travail est une réalité ! Il peut se présenter sous différentes formes :

  • Harcèlement psychologique ;
  • Harcèlement physique ;
  • Harcèlement sexuel ;
  • Discrimination ;
  • Intimidation ;
  • Harcèlement en ligne (ou cyberharcèlement)

Le premier réflexe à avoir, lorsqu’on est victime de harcèlement sur son lieu de travail, est d’en parler à une personne de confiance. Contrairement à moi, ne laisse pas la situation pourrir. Tu peux te tourner vers :

  • le médecin du travail ;
  • un représentant du personnel ;
  • le service RH ;
  • un juriste ou avocat en droit du travail ;
  • ton médecin généraliste ;
  • un psychiatre ou un psychologue.

Si tu souhaites réagir, ça se passe tout en bas 😜 !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s