Flash-fiction

#27 Flash-fiction : Trahie hier, Victorieuse aujourd’hui ! Le cas d’Ezima…

Merci à Adrienne Andersen (Pexel) pour la photo d’illustration

“Quelle bande de traîtres ! Quelle bande de traîtres ! Quelle bande de traîtres !”. Je me répétais cette phrase inlassablement, comme un mantra, pendant des heures et des heures, les jours qui ont suivi l’annonce de la nouvelle. Dis-toi que ce jour-là, j’avais littéralement le moral dans les chaussettes. J’en voulais à la terre entière, même aux plantes et au chaton de ma voisine. Tu n’imagines même pas dans quel état émotionnel je me trouvais, je voyais tout en noir.

Je me rappellerais toujours, de ce jour où un des associés du cabinet, m’avait promis une promotion en tant que Manager, pour l’année d’après. Je n’en revenais pas, moi Ezima, tout juste âgée de 24 ans, je me voyais déjà proposer un poste de Manager dans ce prestigieux cabinet d’audit, de conseil et de services aux entreprises. Pour moi, c’était LA consécration ! Alors, je me suis encore plus donnée à fond dans mon travail pendant un an, je savais que je devais continuer à faire mes preuves et montrer que je méritais cette promotion. Je bossais comme une dingue, je ne comptais plus mes heures de travail et ma vie privée passait au second plan, je ne faisais même plus la différence entre les jours de la semaine et les week-ends. L’année s’est écoulée et là, c’est le drame. Devine quoi !? L’associé m’annonce qu’il n’est plus en mesure de tenir sa promesse, soi-disant “pour des raisons politiques”. Il ne m’a pas donnée plus d’explications. J’étais décontenancée. Abasourdie.

Devant l’associé, j’ai contenu ma grogne, histoire de donner le change, mais je ne te cache pas qu’au fond de moi, je fulminais, mon ego était touché. Pour tout te dire, j’étais tellement furax, que je m’imaginais déclarer une guerre totale et sans pitié à mon cabinet, avant de claquer la porte et me barrer chez la concurrence. J’étais déterminée dans ma démarche, avant que Ludo vienne bouleverser mes plans.

Je ne sais pas si tu t’en souviens, mais Ludo est un des managers avec lequel je m’entends super bien. Du coup, je l’avais mis dans la confidence et raconté le sale coup que m’avait fait l’associé. Je lui avais également fait part de mon envie d’assouvir ma vengeance. Il m’a écoutée attentivement, sans me couper la parole. Après avoir fini de parler, il m’a répondue ceci : « Honnêtement Ezima, ta colère, elle est légitime. Cependant, quand tu y réfléchis, « perdre » une année sur toute ta vie professionnelle, ça représente quoi ? Crois-moi ! Dans deux ans, tu auras oublié cet épisode et en patientant, tu finiras même par y trouver un bénéfice ! ».

Alors, sur le moment, j’étais vraiment dubitative, je me suis même dit “non mais il est perché, Ludo, ou quoi ?!”. Mais curieusement, j’ai enregistré ses sages paroles, dans un coin de ma tête. J’ai donc laissé l’eau couler sous les ponts, tout en continuant de m’investir dans mon travail, mais cette fois-ci sans effectuer d’heures supplémentaires et en profitant pleinement de mes week-ends.

Et tu sais quoi !? Bah, Ludo avait presque raison. Puisqu’un an après ce coup de Trafalgar (Ludo avait prédit deux ans), le client chez lequel j’effectuais une mission, avait dit à ce même associé, en face-à-face, « Écoutez, je ne comprends pas…Ezima, est de loin la seule consultante à avoir le niveau requis pour devenir Manager, tous les autres sont vraiment à la traîne… ». L’associé était tellement embarrassé qu’il ne savait pas quoi lui répondre. Il a carrément bafouillé, le pauvre. Il s’est juste contenté d’acquiescer en murmurant, “Vous avez raison.”

La semaine d’après, ce même client m’a proposée un CDI, avec de bien meilleurs avantages et conditions de travail, au sein de sa branche dédiée au financement et investissement. J’ai naturellement accepté la proposition du client, car j’aimais beaucoup le travail que j’effectuais, et même si j’avais « pardonné » au cabinet, je n’avais rien oublié. Finalement, avec la crise liée à la Covid-19, le timing était juste parfait pour quitter le cabinet. 

Lorsque j’ai remis ma lettre de démission au service RH, en dehors du soulagement que j’ai ressenti, je me suis dit, “le travail finit toujours par payer, même s’il faut des années pour ça, et essuyer quelques déconvenues”

J’ai même tiré une petite leçon de cette expérience : les cieux ont leur timing et il est toujours parfait !

Lili resta bouche bée devant le récit de son amie de longue date. Elle n’avait aucune idée de ce qu’elle avait pu traverser émotionnellement et moralement. Elle était encore plus admirative devant le parcours professionnel d’Ezima. 

Ezima, quant à elle, n’était pas du genre à se livrer facilement, mais elle savait que son amie Lili avait besoin d’encouragement en ce moment, pour faire face aux péripéties qu’elle rencontrait dans son expérience professionnelle à l’étranger. 

Si tu étais à la place d’Ezima, comment aurais-tu réagi devant la promesse non tenue de l’associé ? Aurais-tu blâmé ton employeur et donné ta démission ou aurais-tu essayé de relativiser ?  

Si tu souhaites réagir, ça se passe tout en bas 😜 !

2 réflexions au sujet de “#27 Flash-fiction : Trahie hier, Victorieuse aujourd’hui ! Le cas d’Ezima…”

  1. Hello! Super article ! Comme quoi « patience est mère de sûreté ».
    Les gens compétents n’ont pas toujours le poste qu’ils méritent mais leur travail et reconnu tôt ou tard

    Aimé par 1 personne

    1. Salut DJ ! Merci pour ton commentaire 😃
      Je partage complétement ton point de vue. Cet article montre aussi à quel point, il est essentiel de rester fidèle à soi-même malgré les épreuves et de demeurer dans un cercle vertueux, car tôt ou tard, la vie nous rend justice ✌

      J'aime

Répondre à DJ Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s